Vivre a l’étranger, pas si simple que ça

Coucou tout le monde j’espère que tout va bien pour vous.

Je fais suite a mon premier article sur mes conseils pour venir Canada paru il y a 3 semaines (allez le lire!!). Comme vous le savez, j’ai quitté la France il y a plus de 2 ans maintenant pour aller tenter ma chance au Canada (côté anglophone) et contrairement à ce que l’on peut nous faire croire, notamment dans les reportages télévisés ou sur les réseaux sociaux, l’étranger c’est très difficile comme expérience et ce n’est vraiment pas de repos.

Du coup, j’ai décidé de vous préparer aux différentes étapes que vous allez traverser si vous aussi vous décidait de quitter votre pays pour un autre. J’avais déjà fait un petit article dessus il y a plus d’1 an mais ayant plus de recul, cet écrit sera plus détaillé et il vous aidera davantage 🙂

1-Bien préparer votre départ

On ne vous le répètera jamais assez, plus vous préparez votre départ et mieux se sera quand vous arriverez à destination. Vous allez entendre beaucoup de personnes qui vivent à l’étranger se vanter « moi je suis parti sur un coup de tête, je n’avais rien anticipé, j’ai débarqué avec XX euros en poche et aujourd’hui, je gagne bien ma vie… et bla bla bla ». Dites-vous bien qu’a 99% du temps, c’est un mensonge! Quand les gens ont une situation financièrement stable et fiable, certains d’entre eux oublient vite les épreuves qu’ils ont pu endurer.

Donc préparer bien dans les moindre détails votre départ, je ne parle pas des démarches pour immigrer dans le pays mais posez-vous ces questions : ou est-ce que vous allez vivre pendant les premiers temps ? Quels sont les premiers documents que vous devriez faire quand vous arriverez sur place ? Combien coûte les transports ? Comment faire pour avoir une couverture maladie ? Le prix des loyers, le prix de la nourriture, quels sont quartiers a éviter ou au contraire les quartiers dans lesquels il faut s’installer. Quels sont les jobs qui recrutent ? Comment faire pour avoir une voiture ? ect. Plus vous vous poserez de questions et plus vous serez tranquille à l’arrivée. Inscrivez-vous sur des forums comme sur Facebook ou autres sites, les gens vous apporteront toutes les réponses.

2-Apprendre à repartir de zéro

Dans la plupart des cas, quand on décide d’immigrer, on repart de zéro et certaines personnes ont du mal à se le mettre réellement en tête malgré leur départ. Et je dois vous dire que j’en faisais partie.

On est beaucoup à penser : « avant de partir, j’avais un bon job, je gagnais bien donc il est normal que quand je vais arriver dans l’autre pays, je vais retrouver le même job avec un salaire équivalent ». Dites-vous bien que sauf exceptions, ça ne sera pas du tout le cas! Mais vraiment pas du tout et on peut tomber de très haut.

Comment vous dire que lorsque je suis arrivée à Toronto, j’ai pris le premier job dans lequel on m’a accepté car je ne trouvais rien dans ma branche qui est les approvisionnements. Pourtant, j’ai appliqué a de nombreux postes et mon CV était bon et je me disais que mon anglais était plutôt correct mais on ne m’appelé presque jamais et parfois je voyais les mêmes offres auxquelles j’avais appliqué, être rediffusées plusieurs fois.

J’ai parlé avec plusieurs personnes et elles m’ont révélé que c’était normal car je n’avais aucune expérience professionnelle canadienne dans les achats et que l’anglais n’était pas ma langue maternelle donc il était normal que je reçoive peu voire pas d’appels du tout.

C’était difficile pour moi d’encaisser cela car je me suis dit : « il va falloir que je reparte d’en bas pour gravir à nouveau les échelons ». De plus, ce qui est particulier au Canada (je pense que c’est la culture anglophone) c’est que les diplômes passent en troisième plan. Les recruteurs vont se focaliser d’abord sur l’expérience, ensuite sur vous et ensuite sur vos diplômes, alors qu’en France c’est le contraire, le diplôme prime toujours.

Image
Ottawa’s life

Mais bon, j’ai finalement trouvé un job au bout de 8 semaines dans le domaine du service à la clientèle dans une petite entreprise de 4 salariés et mon salaire avait diminué de moitié par rapport à la France. Entre temps, il m’est arrivé plusieurs galères concernant les autres jobs que j’ai occupé mais aujourd’hui j’ai retrouvé un bon travail sur Ottawa avec un salaire plus élevé que celui que j’avais a Paris. Cela m’a pris 18 mois mais j’y suis arrivée yeah….

Croyez-moi j’ai parlé avec plusieurs personnes de nationalités différentes et on avait toutes le même constat : au début il faut prendre le travail dans lequel on vous accepte et ne pas être difficile. Certains qui étaient ingénieurs dans leur pays d’origine, travaillaient à l’usine en attendant de trouver mieux.

3- Ne rien lâcher

Comme je viens de vous l’expliquer pour le travail, lorsque l’on débarque dans un nouveau pays avec la tête pleine d’idées et de rêves, il se peut que l’on déchante rapidement sur certains points.

C’est pourquoi, il est important de vous préparer à encaisser des coups et surtout à vous dire qu’il ne faut rien lâcher.

La chose principale qui trouble les nouveaux arrivants c’est l’adaptation. Il faut désormais faire avec un nouveau pays qui a son propre mode de fonctionnement, ses règles, sa culture. Vous allez rencontrer de nouvelles personnes, découvrir de nouveaux horizons et très souvent une nouvelle langue.

Toutes ces difficultés vont faire que vous allez régulièrement douter et que l’envie de repartir va vous effleurer l’esprit. Vous savez parmi le nombre de personnes qui tentent leurs chances à l’étranger chaque année, plus de la moitié reviennent aux sources (je ne parle pas bien entendu des cas spéciaux comme les guerres…) dans l’année.

Moi-même plusieurs fois je me suis demandé s’il n’était pas plus simple de repartir en France que de rester au Canada et ramer lol. Cependant, j’ai vu les perspectives d’évolution et je savais que j’allais bien finir par y arriver. De toute façon, les difficultés font partie de la vie.

Ne vous inquiétez pas, vous y arriverez cela ne fait aucun doute. Cela prendra juste plus de temps que prévu et puis vous n’êtes pas non plus à l’abri d’une bonne surprise en cours de route 🙂

Voilà c’est tout pour aujourd’hui, j’espère que mon article vous a plu. Si vous aussi vous avez décidé de quitter votre pays pour un autre, racontez-moi votre histoire en commentant l’article. Likez la page Facebook et partagez le blog.

On se retrouve bientôt! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.